Qu'est-ce que VILLE EN SELLE ?

La compétition VILLE EN SELLE vise à inciter la population à effectuer un maximum de trajets quotidiens à vélo, durant 21 jours, dans une optique de protection du climat. Peu importe que tu te déplaces déjà tous les jours à vélo ou que tu ne l'utilises que rarement. Chaque kilomètre compte – d’autant plus si c’est un kilomètre de moins en voiture !

Objectifs

Nous pourrions passer des heures à vanter les mérites du vélo. Il nous semble cependant que les personnes seront plus convaincues si elles testent elles-mêmes le vélo pendant 21 jours d’affilée.

Les résultats de cette compétition montrent combien de personnes se déplacent déjà à vélo et contribuent ainsi à la protection du climat. En vue d’inciter davantage de personnes à renoncer durablement à leur voiture au profit du vélo, il est nécessaire de mettre en place une infrastructure cyclable qui leur garantisse des trajets rapides et sans encombre.

Afin d’attirer l’attention sur les besoins des cyclistes, VILLE EN SELLE s’adresse également aux élus locaux. En leur qualité de décideurs en matière d’infrastructure cyclable, les élus locaux ont une influence concrète sur la protection du climat à l’échelle locale. Durant la campagne, en se déplaçant à vélo, ils se rendent compte par eux-mêmes des endroits où il fait bon pédaler et de ceux qui doivent être améliorés.

Pendant plusieurs décennies, la voiture a été le moyen de transport privilégié. Il est temps que cela change afin de réduire les dommages environnementaux qui en résultent. Puisqu’un changement de mentalité s’avère nécessaire, nous souhaitons favoriser la thématique du vélo comme moyen de transport dans les débats publics. La campagne VILLE EN SELLE nous offre la possibilité de le faire aussi bien au niveau national que local.

Contexte — Pourquoi avons-nous besoin de plus de cyclistes ?

Réduire les émissions de dioxyde de carbone

  • Le transport est l’activité qui contribue le plus aux émissions de gaz à effet de serre (GES) de la France. En 2017, il représente 30 % des émissions françaises de GES.
  • 96 % des émissions de GES induites par les transports sont constituées de CO2 provenant de la combustion de carburants. Les émissions liées à la circulation routière incombent à hauteur de 56 % aux véhicules particuliers, de 23 % aux poids lourds et de 21 % aux véhicules utilitaires légers.

Augmenter la part du trafic cycliste

  • En France, deux-tiers des déplacements en milieu urbain font moins de trois kilomètres et 60 % des trajets entre un et trois km sont effectués  en voiture, or tous ces déplacements pourraient assez aisément être réalisés à vélo.
  • Avec moins de 3%, la part du déplacement à vélo en France reste bien inférieure à celle constatée ailleurs en Europe (10% en Allemagne et 28% aux Pays-Bas). Le plan vélo et mobilités actives actuellement déployé a pour ambition de tripler la part du vélo dans les déplacements quotidiens.